LE FORUM DES DRONES
Bonjour :-)

Bienvenue sur LE FORUM DES DRONES.
Blog francophone indépendant d'information, de partage et d'apprentissage créé en Mars 2013 par Kosem.

L'inscription vous permet d'accéder à toutes les sections informatives de ce blog.
Merci de bien lire et d'accepter les quelques consignes et recommandations qui vous seront proposées à l'enregistrement.

A très bientôt si vous décidez de vous joindre à nous!

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

LE FORUM DES DRONES
Bonjour :-)

Bienvenue sur LE FORUM DES DRONES.
Blog francophone indépendant d'information, de partage et d'apprentissage créé en Mars 2013 par Kosem.

L'inscription vous permet d'accéder à toutes les sections informatives de ce blog.
Merci de bien lire et d'accepter les quelques consignes et recommandations qui vous seront proposées à l'enregistrement.

A très bientôt si vous décidez de vous joindre à nous!
LE FORUM DES DRONES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Aller en bas
P@t33
P@t33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2015
Localisation : Libourne (France)

Les facteurs humains et la formation. Empty Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 11:30
Les facteurs humains.
 
Dans toutes les activités liées à la circulation (que ce soit sur terre, en l’air ou en mer), il y a (pour l’instant) un paramètre qui est toujours le même et qui est à l’origine de ± 80 % des accidents, ce sont les facteurs humains.
 
C’est à dire l’erreur[url=#_ftn1][1][/url] humaine.
 
Le fait que l’homme intervienne de moins en moins dans le pilotage des engins limite effectivement en partie cette source d’accidents ou d’incidents.
 
Mais l’homme est pour l’instant toujours celui qui décide du vol, que ce soit en le programmant ou en commande directe.
 
Or, on voit bien que le drone est finalement assez peu “instructif“ et formateur du fait de son “individualisation“ et de l’importance des systèmes automatiques de “gestion du vol“ et sa formule “RTF“.
La DGAC sait très bien qu’une grande part des enseignements que l’on peut tirer des incidents / accidents permettent de mieux sécuriser les vols et à mis en place à cet effet à la fois un processus de recueil anonyme des informations[url=#_ftn2][2][/url] et un système de redistribution des consignes afin d’éviter que cela ne se produise à nouveau.
C’est aussi la raison pour laquelle, après la plupart des accidents, il y a une enquête qui recherche les origines de l’accident (il y en a généralement plusieurs).
 
Malheureusement, je ne pense pas que ce système soit aussi performant en matière d’activité télépiloté (ce n’est pas dans la culture des télé pilotes, l’intérêt est peu compris, le secteur est très individualisé, les télépilotes me semblent peu “paperassiers“, …).
 
Dans mon précédent article, je parlais de la part de plus en plus importante de l’automatisation et de l’absence ou du manque de formation spécifique d’une partie des pilotes de drone.
 
Je vais vous donner des exemples afin que cela soit plus compréhensible.
 
Dernièrement, j’ai quelqu’un qui m’a dit que lorsqu’il avait posé son drone, il y avait du givre sur les hélices.
Heureusement qu’il s’est posé, car lorsqu’une hélice commence à givrer les performances aérodynamiques chutent très rapidement et l’hélice se déséquilibre très vite, ce qui entraine du tracking, du balourd, et le crash à courte échéance.
J’ai eu un givrage de rotor en Allemagne et heureusement que j’étais en hélico et près de sol. En quelques secondes l’appareil est devenu pratiquement incontrôlable et les vibrations étaient monstrueuses. Mais comme l’on n’est pas à bord du drone, impossible de se rendre compte des signes avant-coureurs, ni même que l’on givre. Donc, si le drone a été récupéré, c’est vraiment le fait du hasard et quelques secondes de plus auraient probablement été fatales.
Dans ce cas, le système de gestion du drone n’aurait rien pu faire. C’est donc au pilote de respecter les directives DJI qui stipulent qu’il ne faut pas voler dans les nuages (forte humidité relative) et à moins de 0°.
Le message aurait été : ATTENTION, givrage possible et potentiellement mortel pour le drone.
 
Dernièrement, j’ai vu une vidéo où le pilote annonçait qu’il était content d’avoir un Phantom 4 Pro qui selon lui volait dans des conditions de vent qui n’auraient pas été supportées par son ancien P3.
L’information est donc, le domaine de vol du P4 Pro est plus étendu que celui du P3.
C’est d’ailleurs ce qui est écrit dans les notices. Mais ce qui est dommage c’est qu’il n’y avait aucune information technique sur la valeur réelle du vent et le pilote semblait méconnaitre l’effet de gradient vu la façon dont il expliquait la chose.
À mon sens[url=#_ftn3][3][/url], ce qui aurait été utile, c’est d’avoir des informations sur la vitesse réelle du vent (mesuré au sol) et la vitesse du vent en hauteur (par exemple en laissant dériver le drone). Cela aurait donné une information utilisable sur le domaine de vol réel et permis d’informer sur le fait qu’en hauteur le vent est toujours plus fort (c’est comme le courant d’une rivière qui est toujours plus rapide en son centre que sur les bords).
Le message aurait été : ATTENTION, le vent perçu au niveau du sol est toujours inférieur à celui qui existe en hauteur.
 
Il me semble que peu de personnes ont compris le double intérêt des pales dépliables du Mavic.
Tout le monde saisi bien l’intérêt pour le dépliage et l’encombrement moindre, mais en terme de sécurité, c’est aussi un point important car la pale ne transmet plus la force d’entrainement (couple et puissance) du moteur dont elle n’est plus solidaire.
Elle reste dépliée uniquement par réaction centrifuge et, en plus, la masse en mouvement n’est plus celle d’une hélice mais seulement d’une pale (± 1/3 de la masse), la force à l’impact s’en trouve fortement diminuée, ce qui est une sécurité pour les tiers au sol et une garantie pour la durée de vie des pales (si leur articulation vieillie et travaille correctement autour de son axe).
Le message serait : Les hélices pliables sont moins dangereuses et bien pratiques, mais il faut surveiller la prise de jeu de l’axe de rotation et l’absence de déformation permanente en évitant les contraintes au stockage.
 
Bref, ceci pour illustrer l’intérêt qu’il y a à acquérir un minimum de connaissances générales en aéronautique (météorologie, mécanique du vol, aérodynamique, …).
Il est toujours utile de comprendre[url=#_ftn4][4][/url] ce qui se passe et cela permet d’anticiper sur ce qu’il est possible ou non d’envisager avec des chances raisonnables de succès.
 
Bien que nos drones soient devenus “idiot proof“, il n’en reste pas moins utile de comprendre ce qui se passe.
 
Donc, si l’on veut fiabiliser notre secteur il serait éventuellement utile d’éduquer certains pilotes qui n’ont pas eu la chance d’avoir des formations adaptées[url=#_ftn5][5][/url] (et uniquement pour ceux qui s’y intéressent).
 
Je remercie tous ceux qui font des vidéos et je souhaiterai que les auteurs pensent à les livrer avec des informations utiles pour que cela puisse servir aussi aux autres (en tout cas, lorsque l’objet est de mettre en valeur une caractéristique particulière ou mode d’utilisation de nos fabuleux engins).
 
Dans le domaine du drone (La dronatique ?), je pense que la transmission des savoirs va surtout passer par ce type de médias et que ce sera probablement la source de connaissance et de prise de conscience la plus adaptée et la plus performante pour ce milieu.
 
Comme les vidéos et/ou les tutos partent dans tous les sens, probablement serait-il utile qu’un site orienté sur ce type d’information à caractère “pédagogique et instructif“ référence les vidéos / documents et organise, autant que faire se peut, un cadre et des liens entre les projets souhaitables et/ou réalisés afin d’assurer une cohérence et une progression dans l’acquisition des savoirs.
 
Et, rappelons-nous ce que Rabelais disait « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » mais je pense que de plus en plus c’est la conscience qui va prendre le pas sur la science qui est de plus en plus livrée “RTF“ dans une technologie adaptée.
 
Or, c’est le pilote qui a la conscience et c’est lui qui a besoin d’être informé et parfois formé.
 
P@t 170109.bexr





[url=#_ftnref1][1][/url] L’erreur est toujours pardonnable, la faute moins.
[url=#_ftnref2][2][/url] C’est ce que l’on appelle le retour sur expérience.
[url=#_ftnref3][3][/url] Je suis parfaitement conscient que “la critique est aisée et que  l’art est difficile“, ce d’autant que je n’ai pas encore fait moi-même de vidéo ou tuto.
[url=#_ftnref4][4][/url] La plupart des connaissances peuvent se transmettre sans pour autant être indigestes et expliquer un phénomène ne nécessite pas nécessairement de requérir un niveau d’ingénieur. Cela peut aussi se faire de façon simple, imagée et intéressante.
[url=#_ftnref5][5][/url] Je met à part ceux qui ont biberonné avec l’aéromodélisme qui constituait à faire et refaire, s’interroger, apprendre, prendre soin de ses modèles et payer cher l’erreur ou la faute de pilotage. Cet ensemble constituant déjà une formation et initiation d’une grande valeur.
francis-le-varois
francis-le-varois
Masculin Messages : 571
Date d'inscription : 27/11/2016
Localisation : partout

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 11:52
Bonjour Pat,

je te rejoins à 200% thumbsup

Mais comme tu le dis certains dronistes n'ont pas perçu cette nécessité d’être "in-formé" des mécanismes (particulièrement "aérologiques" et mécaniques) liés à la pratique.

La formation théorique requise pour les pros (minimum théorique ULM) répond partiellement à cette problématique. Malheureusement non requise pour le loisir.

Tout le problème repose sur l'exploitation du domaine de vol : suis je suffisamment aguerri pour voler dans telle ou telle condition ? la question majeure à se poser avant de "pousser" les gaz.

my 2 cents.
P@t33
P@t33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2015
Localisation : Libourne (France)

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 11:55
Hééééé OUI ! Comme tu dis l'ami la sécurité commence lorsque le pilote sait quand ne pas voler.
P@t.bexr
sujic
sujic
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 1676
Date d'inscription : 22/07/2015
Localisation : Charente

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 14:34
ce qui est impossible avec pas mal de gens qui viennent de la photo, où la règle est de prendre tous les risques possibles pour avoir le bon cliché. Le responsable DSAC SO me racontait que des paparazzis n'avaient pas hésité à se faire emmurer 48h pour shooter une photo dans une propriété de la cote varoise. Ca en dit long sur les conneries que sont prêts à commettre les photographes. Alors si on leur met un truc qu vole dans les mains... dizap

Avant  dec 2015, on pouvait encore se retourner contre la DGAC qui avait validé le MAP. Mais avec la démocratisation des drones, la DGAC ne pouvait plus gérer l'afflux de MAP à valider, souvent demandés par des photographes qui voulaient ajouter des prestations à leur activité, mais dont la plupart n'avaient aucune notion d'aéronautique.. C'est pour cette raison que les MAP ne sont plus validés, et que quoi qu'il arrive aujourd'hui, c'est toujours le télépilote qui est responsable. psf
francis-le-varois
francis-le-varois
Masculin Messages : 571
Date d'inscription : 27/11/2016
Localisation : partout

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 14:40
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:... et que quoi qu'il arrive aujourd'hui, c'est toujours le télépilote qui est responsable. psf
Perso, je suis pour...

Au moins si tu fais des conneries, impossible de te défausser.
Dans l'aero, c'est toujours le commandant de bord qui est responsable et qui a le dernier mot : il assume (enfin il est sensé) ; je trouve ça très bien.
avatar
Jmichel33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 267
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : mars

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 17:02
@ Patrick : Beau point de vue, comme d'habitude lorsque tu écris 

Espérons que le décret en préparation intègrera toutes ces notions dans le QCM !
Mais est ce que les possesseurs du Mavic qui pèse moins de 800 g seront concernés ?
Cela ne serait pas une incongruité que décret les englobe sans considération du poids de ce drone, notamment en regard de ses réelles performances

Les automatismes ne sont pas une insulte aux savoirs des experts, car le vrai sujet, et tu as raison de le dire ainsi, c'est bien la conscience du pilote ou plus simplement parfois le simple bon sens et un minimum de logique. À mon humble avis, c'est loin d'être suffisant !

Si tu t'intéresses au facteur humain qui est la cause des accidents d'avion, tu ne peux pas ignorer que la conscience du pilote : de sa situation, de son environnement, et de ce qu'il en train de faire, de ce qu'il peut imaginer qu'il va se produire, son savoir en pilotage, le nombre heures de vol qu'il totalise ; n'est pas un rempart suffisant

Ce qui est absolument déterminant, c'est son niveau d'implication, lié à son humilité qui fera qu'il apprend tous les jours
P@t33
P@t33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2015
Localisation : Libourne (France)

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 17:17
Bien sur l'ami, tu as raison.

Je dirais que la limite de masse est synonyme de moins de risques à l'impact (notamment pour le Mavic) et c'est essentiellement ce qui guide les actions de la DGAC pour la sécurité des tiers au sol.
Pour les facteurs humains, je suis un ancien instructeur qualifié “facteurs humains“. En effet il n'existe pas de rempart suffisant dans l'absolu alors c'est la raison pour laquelle il y a toujours des accidents.
Tu dois observer que je reste toujours dans le relatif et que je me garde d'être péremptoire.
Mais disons tout de même qu'avec l'expérience, ça va généralement bien mieux. Tendre vers le mieux plutôt que vers le parfait me parait déjà bien.
Si tu passes vers Libourne, fait signe. bannn

P@t.bexr
avatar
maxxhimum
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
Masculin Messages : 825
Date d'inscription : 05/12/2014
Localisation : revel

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 20:36
L'expérience n'est pas forcément garante de conscience des risques (tu dis généralement d'ailleurs,  ça laisse de la place pour les autres), elle est parfois aussi synonyme de grosse tête et d'absence de remise en question. La seule qualité qui sauve c'est l'humilité. Bon y a l'excellence aussi mais c'est pas la plus répandue Wink
P@t33
P@t33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2015
Localisation : Libourne (France)

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Ven 13 Jan - 21:14
Mais bien sur qu'il y a de la place pour tout le monde et je pense pas qu'il faille nécessairement viser l'excellence. Comme tu dis, l'humilité est une qualité qui sauve, mais celle qui fait le plus progresser est l'intérêt pour le sujet et chercher à mieux faire, voire bien faire.
P@t.bexr
avatar
maxxhimum
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
Masculin Messages : 825
Date d'inscription : 05/12/2014
Localisation : revel

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Sam 14 Jan - 8:57
thumbsup
avatar
Jmichel33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 267
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : mars

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Sam 14 Jan - 9:56
J'ignore si le terme relève de l'aéronautique et de la formation des pilotes, mais c'est que j'ai nommé l'implication du pilote

On peut supposer qu'un pilote de drone professionnel le soit, et que le paramètre critique est le donneur d'ordre pour faire appel à des pilotes de drones qui n'ont pas les autorisations nécessaires, et qui évidemment, bradent les prix
-> en dehors d'un code de déontologie inscrit dans la loi, et la création d'un ordre professionnel, accompagné d'une définition juridique d'exercice illégal, je ne vois guère de solutions à ce problème pour tenter de le circonscrire

Le danger viendrait des pilotes dont l'activité est strictement de loisir, ce qui est mon cas. La plupart du temps, en dehors des drones de courses, la motivation d'achat est la vidéo ou la photo ou les deux
-> Stage de sensibilisation à l'image de ces stages de récupération de points ? -> objectif : fournir un savoir-être
-> MOOC avec examen sous la forme de QCM -> objectif : fournir et contrôler un savoir ET un savoir faire
P@t33
P@t33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2015
Localisation : Libourne (France)

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Sam 14 Jan - 12:22
La question est toujours la même au niveau des professionnels et au niveau des pilotes de loisir qui “extrapolent“. On a particulièrement vu ça dans l'ULM. 
On peut oublier la création d'un ordre professionnel, la profession n'est malheureusement pas assez puissante et structurée et par ailleurs, les définitions des activités professionnelles en aéronautique sont clairement définies et l'exercice des activités professionnelles est subordonné à la détention d'une DNC, du dépôt du MAP et d'une déclaration d'activité de photographie et de cinématographie aérienne (cerfa N° 12546*01).
Le problème est complexe et la solution probablement encore plus, compte tenu des particularités du drone (je vais dire “la drolatique“ qui pour moi englobe l'ensemble des pratiques à l'aide de drone).
La pression du donneur d'ordre sur l'exécutant ou le prestataire n'est pas non plus nouvelle et existe toujours dans tous les métiers puisque les attentes des uns et des autres sont différentes. Mais je n'ai pas d'idée pour limiter ça (mis à part les YAKA) et ne sais même pas si ce serait faisable.
En fait, je ne pense pas qu'un stage de sensibilisation à l'image, comme tu dis, soit nécessaire car, si les photos ne sont pas bonnes, elles ne seront pas vendues et ne nourriront pas son homme qui finira par faire autre chose s'il veut survivre.
C'est la raison pour laquelle je prêche pour la mise à disposition des informations utiles et des tutos adaptés. Mais c'est un gros travail.
Par ailleurs, je ne suis plus enclin à distinguer les pros des privés par le simple fait que certains vendent leurs prestations et pas les autres, ce d'autant que l'ensemble des règles fiscales et sociales s'appliquent à tous. Je crois qu'il y a de bons opérateurs et des moins bons et l'expérience montre que les bons s'en tirent généralement.
Malheureusement (ou heureusement), je pense qu'il en sera toujours ainsi.
Le principal est effectivement l'éducation générale des pilotes et je ne vois qu'une option, c'est la prise de conscience des pilotes et, dans ce cas, savoir où trouver l'information utile, ce qui, pour l'instant n'est pas si évident que cela et je pense qu'un forum de ce type est déjà une bonne chose.
A+ P@t. bexr
P@t33
P@t33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2015
Localisation : Libourne (France)

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Sam 14 Jan - 12:28
Excuses, je veux dire Dronatique et non pas Drolatique qui est automatiquement corrigé !
C'est risible n'est-ce pas ? Laughing
P@t. bexr
avatar
Jmichel33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 267
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : mars

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Sam 14 Jan - 14:04
J'ai oublié une virgule ! Un stage de sensibilisation, à l'image (en s'inspirant donc) des stages de récupération de points du permis de conduire
Désolé pour ce contre sens !
Je conçois aisément qu'un ordre professionnel soit prématuré. Pourtant, à l'analyse cela serait bien plus avantageux qu'un syndicat. D'une part, parce que quelle que soit la structure, c'est plus une activité libérale que commerciale à mon humble avis
L'autre avantage c'est de constituer au sein de cet ordre, une commission d'arbitrage susceptible de sanctionner, ce qu'un syndicat est incapable de faire pour ne représenter que ses adhérents, et non "la profession" , et surtout un Ordre professionnel est un interlocuteur crédible dans le nécessaire dialogue avec l'État et ses représentants concernés par le sujet

Sur la distinction Pro / Privé, elle est extrêmement simple ! Un Pro est nécessairement une personne morale possédant un N° INSEE, voire aussi un N° de déclaration d'activité délivré par un Préfet, N° devant figurer sur toute communication professionnelle quel que soit le support

Enfin, pour évoquer la problématique de la formation, elle est à l'heure actuelle réglementée pour l'organisme et le formateur et nécessite depuis le 1er janvier 2017 de pouvoir être "certifiée" à l'aide de 21 critères extrêmement précis et relativement contraignants, donc au-delà de la déclaration d'activité à la DIRECCTE

Pour finir, si un forum est normalement un espace d'échanges, il est à mon humble avis trop pollué parfois par un climat clairement délétère -je ne compte pas les HS y compris par des membres d'honneur ici présents, qui viennent dans des discussions régler leurs différends, et in fine, peu agréable, pour constituer à mes yeux, un véritable outil de prise de conscience qui serait pourtant souhaitable
En outre, un forum doit s'adresser aux possesseurs de drones de toutes les marques .... même si DJI pèse pour les ⅔ du marché, ce n'est pas LE marché

@+
P@t33
P@t33
Membre Donateur
Membre Donateur
Masculin Messages : 178
Date d'inscription : 31/10/2015
Localisation : Libourne (France)

Les facteurs humains et la formation. Empty Re: Les facteurs humains et la formation.

Sam 14 Jan - 15:11
Je pense que tu confonds plusieurs choses :
D'une part la fonction d'un syndicat est différente de celle d'un ordre professionnel [il peut y avoir plusieurs syndicats alors qu'il ne peut y avoir qu'un ordre professionnel et c'est le syndicat qui défend la profession (loi 1884) et non l'ordre professionnel]. Un syndicat est utile pour les professionnels dans la mesure ou il est performant il peut être tout aussi crédible.
En matière aéronautique les sanctions passent par des commissions idoines mises en places dans les SAC et, comme nous n'avons ni brevet ni licence et que les DNC sont acquises à vie, je ne vois pas ce qu'il serait possible de sanctionner à ce niveau. La sanction éventuelle reste donc essentiellement d'ordre pécuniaire ou administrative mais d'un effet trés limité.
D'autre part, on peut être professionnel sans avoir à mettre en place une personne morale.
Je pense par ailleurs que tu confonds le régime professionnel et les déclarations nécessaires avec la compétence souhaitable dont je parle essentiellement.
Enfin, en ce qui concerne le forum, dans la mesure ou il défini le sujet dont il souhaite traiter (ici les produits DJI), je ne vois pas ce qu'il y a à redire ?
Attention, ces discutions risquent de devenir stériles et n'intéresser personne.
A+ P@t.bexr
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum